• Cabot Caboche - éducation canine

Histoire de maître : "Mon chiot aboie et tire quand il rencontre un autre chien"

Dernière mise à jour : 15 août 2021

"Mon chiot berger australien de 4 mois se met à aboyer et tirer super fort sur sa laisse dès que l'on croise un chien en balade et qu'il ne peut pas aller au contact. Il se met dans un état pas possible... Quand il peut aller au contact de l’autre chien, aucun soucis il est sociable. Je suppose que c’est de la frustration mais bon quand il fera plus ou moins 25kg et qu’il tirera comme un malade en aboyant ça sera plus compliqué à gérer... Auriez-vous des conseils pour gérer ça ?"


Que se passe-t-il ?


"Mon chiot berger australien de 4 mois"

  • Un chiot de 4 mois et encore un bébé. Il appréhende le monde comme tel. Tout est découverte. Le monde entier est une aventure. Tout est nouveau, tout est excitant, source d'émotions nouvelles, parfois agréables et parfois désagréables. Il ne sait pas encore bien gérer ces émotions. Il ne sait pas encore trop comment appréhender la nouveauté. C'est tout à fait normal.

  • A 4 mois, un chiot n'a pas les même besoins qu'un chiot de 2 mois. Il grandit, ses besoins grandissent avec lui. C'est normal que les comportements changent. Même si pour nous la différence n'est pas grande, dans un monde de chiot, 2 mois c'est beaucoup ! Notre rôle de maître est d'observer ces évolutions et de s'y adapter.

  • Le berger australien a été façonné par l'humain comme outils de travail au troupeau. Même s'ils ne sont désormais plus sélectionnés sur des critères des travail (compétence troupeau), il n'en est pas moins qu'ils ont "ça dans le sang". Ils ont donc des besoins particuliers propres à cette génétique : de gros besoins de dépenses physiques et mentales (ils ont été conçut pour travailler et gérer un troupeau). Notre rôle est d'être à jour sur ces besoins et de lui offrir des occasions régulières de les substanter.


"Se met à aboyer et tirer super fort sur sa laisse dès que l'on croise un chien en balade et qu'il ne peut pas aller au contact."


  • Ne pas pouvoir rejoindre l'autre chien, génère de fortes émotions. Toutes ces émotions sont difficiles à gérer. Il a besoin de "décharger". Aboyer peut-être une façon pour lui de gérer ce trop plein d'émotion.

  • Il est "coincé" par la laisse. Chaque mouvement vers l'avant lui déclenche "un coup" sur le collier. Cela génère des tensions en plus, ce qui rend encore plus difficile un retour au calme.

  • Il est probablement toujours perdant : en laisse il n'obtient jamais ce qu'il désire le plus à ce moment là. Il ne l'obtient pas non plus en restant calme. Au contraire, cela lui demande beaucoup plus d'efforts (se contenir, se gérer...) pour un résultat tout aussi nul. Les friandises et les caresses de maman c'est cool, mais le copain c'est quand même vachement mieux.

  • Ce chiot passe sûrement de "Je vis ma vie de chiot qui découvre le monde à ma guise" à "Je ne peux pas aller plus loin qu'1,50m ". Ça n'a aucun sens pour lui. Cela peut entraîner de la frustration.

  • Il y a fort à parier que le maître se sente mal dans cette situation : "j'y arrive pas !", "il écoute rien !", "Non mais n'importe quoi !", "ça gène les gens...", "tout le monde me regarde...". Il ressent sûrement de l'énervement, de la honte... Ces émotions sont perçues par le chiot. Toutes ces émotions ne lui permettent pas de s'appuyer sur son maître pour sortir de son état.


"Quand il fera plus ou moins 25kg et qu’il tirera comme un malade en aboyant ça sera plus compliqué à gérer... "


Il y a fort à parier que si le problème n'est pas pris à temps, le fait qu'il fasse 25kg ne soit pas la chose la plus problématique. Dans l'article "Histoire de maîtres : "Mon chien est réactif aux autres chiens en laisse", on aborde ce qui peut se passer dans la tête d'un chien qui aboie et tire sur une laisse et comment nos réactions d'humains peuvent encourager des comportements indésirables.



Quelles solutions ?


Ne pas oublier que c'est un chiot

On ne peut pas attendre la même chose d'un chien que d'un chiot. Aussi avant d'obtenir un croisement impeccable, tenons compte de sa nécessité d'explorer et découvrir le monde tranquillement. Le travail d’obéissance vient progressivement et se construit beaucoup plus facilement si le chiot est bien dans ses pattes et que la relation de confiance avec le maître ou la maîtresse est solide. Commencer à explorer le monde coincé au bout d'une laisse n'encourage pas la création de cette relation.


Abandonner la laisse, privilégier la longe

A 4 mois, le chiot est encore un bébé. Il aura tout le temps d'apprendre à marcher en laisse. Dans ce cas, poser la laisse et opter pour la longe va lui permettre de continuer à découvrir le monde et à nourrir son besoin affûté d'exploration tellement nécessaire pour son développement.


Rester en mouvement

Une fois en longe, fini les rapports de force. Au croisement d'un autre chien, avancez. Le chiot aura vite fait de vous rejoindre. Vous êtes sa référence il n'a aucune envie de se retrouver sans vous. Résultat pour lui : "Je peux aller saluer mon copain et découvrir le monde mais je ne m'attarde pas trop sinon je sais que maman part sans moi !". Résultat pour la maîtresse : aucun rapport de force, aucune sanction et un apprentissage qui se fait de lui même...


Esquiver parfois

Parfois, en cas de petite forme, si l'on est pressé ou pas disposé à gérer un potentiel surplus d'énergie de la part de son chiot, il peut-être judicieux d'éviter la situation qui pose problème.

Toujours en longe, lorsque l'on veut éviter de croiser un chien (DE TEMPS EN TEMPS), anticiper et changer de direction COMME SI DE RIEN N'ÉTAIT, est une excellente solution.


Apprendre la marche en laisse

Marcher en laisse n'est pas inné. Cela s'apprend avec méthode et par étapes. On va commencer à apprendre au chiot à marcher en laisse dans le jardin (endroit connu et peu stimulant), puis, une fois acquis, dans le quartier (endroit un peu plus stimulant), ect... jusqu'à créer des situations de croisement de congénère pour s'entraîner.


Entourer la marche en laisse d'autres apprentissages

Les exercices d’obéissances sont très utiles (entre autre choses) pour apprendre aux chiots à se gérer et à gérer ses émotions. Un problème se règle rarement en travaillant exclusivement dessus. L'approche est souvent en partie détournée.

Par exemple apprendre au chiot à ne pas bouger devant sa gamelle pour lui apprendre à gérer ses émotions sera utile dans l'apprentissage de la marche en laisse. En musclant sa capacité à se gérer, ce sera plus facile pour votre de chiot de prendre sur lui en croisant un congénère.

Si malgré le respect du rythme, de la méthode et des étapes le problème persiste, c'est qu'il est ailleurs. Dans ce cas, le mieux est de contacter un bon éducateur canin pour vous accompagner.





15 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout