• Cabot Caboche - éducation canine

Les ordres de base

Quels sont les premiers ordres à apprendre à son chien ? Pourquoi ceux-là ? En quoi sont-ils utiles ? Comment les utiliser ?


Avant-propos


Les ordres sont comme des "balises" qui permettent de gérer nos chiens dans notre monde d'humain. Le processus d'apprentissage des ordres permet de faire réfléchir le chien, de lui apprendre à se contrôler, à se concentrer. Chaque ordre est un support à l'interaction et la relation. Enfin, ils sont des occasions de récompenser, valoriser et encourager le chien.

Les ordres de base


(Derrière "ordres" j'entends des mots autour desquels nous construisons un sens pour le chien. Ce sens est commun au chien et à l'humain qui l'accompagne. L'ordre est un mot que le chien associe à une action. L'attente est que la réponse du chien soit automatique.)

Assis

C’est le premier ordre à apprendre à un chien : il est facile. C'est donc sur cet ordre qu'on va "baliser" le processus d'apprentissage. C'est aussi le premier pas vers le "pas bouger" et le "couché". Il est très utile au quotidien pour capter l'attention du chien ou introduire un autre ordre ou un nouvel apprentissage.


Couché

Il demande plus "d'abandon" au chien que le assis. C'est-à-dire, qu'en étant couché, il est plus loin de la remise en mouvement que lorsqu'il est assis. Au quotidien, on l'utilise lorsqu'on doit s'arrêter longtemps, pour un café en terrasse par exemple.


Pas bougé (et "Allé va")

Le "pas bougé" bloque le chien et le "allé va" le débloque. Il vont toujours de paire. L'intérêt du "pas bougé" est que le chien ne bouge pas tout seul. Au quotidien, cet ordre permet de se fixer à un passage piéton, de monter et descendre de la voiture en toute sécurité, de croiser des chiens ou humains sans galère... C'est un ordre très utile.


Viens (ou rappel)

C’est l'ordre qui indique à son chien qu'il doit revenir vers l'humain. Il permet de gérer son chien en extérieur en le gardant libre. On le rappelle pour éviter qu'il n'aille visiter le jardin des gens, saluer les passants inquiets, saluer des chiens en laisse, courir après les chats, ou tout simplement qu'il s'éloigne trop...


Ta place

On apprend au chien à aller se poser dans son panier sur demande. Ça permet de lui donner un place lors de moments particuliers comme l'arrivée d'invités, le repas...


Tu restes

On apprend au chien à coller à la jambe lorsqu'on marche sans laisse. Le chien reste à nos côtés sans changer de direction, ceci même si un copain se présente en face, ou si on croise un enfant avec un délicieux biscuit dans la main ! C'est aussi très utile pour traverser la route ou marcher sur un trottoir.


Quelques apprentissages complémentaires


Oui et non

Ces deux mots doivent être utilisés comme des indicateurs : "Là tu peux, là tu peux pas". Attention, le non doit le plus souvent suivi d'un plan B : "Non" (tu ne peux pas rentrer dans la boutique) "Coucher, pas bouger" (à la place tu te couches et attends devant) "Oui !" (bravo bonne réponse, t'as tout compris c'est très bien !)


Marche en laisse

Nous sommes parfois contraints de tenir nos chiens en laisse (centre ville, voyages en train, boutique, foule...). C'est bien plus tranquille quand le chien reste à la jambe, s'arrête quand l'humain s'arrête, tourne quand l'humain tourne.


Comment faire en sorte que ça marche ?

  • D'abord répondre à ses besoins. Les chiens ont des besoins propres à leur état de chien ( cf article : "Les besoins d'activité de mon chien"). Par exemple, un chien a besoin de se dépenser physiquement tous les jours (cf article : "Pourquoi dois-je promener mon chien au moins 1h/jour ?") , de mastiquer, d'interagir... sans ça, il lui sera impossible de se concentrer, de réfléchir ou d'apprendre...

  • Être patient. Le principe de l'apprentissage c'est qu'on part de 0. Il faut du temps pour comprendre et intégrer.

  • Y aller par étape :

- dans le choix des lieux : on commence là où c'est facile. N'importe quel apprentissage commence dans la maison, puis dans le jardin, puis dans la rue, puis en centre ville...

- dans la difficulté de l'exercice : les ordres s'apprennent d'abord tout près du chien, puis de plus en plus loin.

- dans la valeur des stimulations qu'il y a en face : si le chien ne fixe pas son "pas bougé" dans le jardin devant une balle, il ne faut pas s'attendre à ce qu'il le fasse devant un congénère...

  • Récompenser toujours. Qui travaille sans rien en retour (argent, reconnaissance, gratitude...) ? Personne. Il en va de même pour nos chiens ! La récompense peut prendre plusieurs forme : "Oui ! C'est bien !", une caresse, une friandise, l'accès à un jeu, la liberté... Mais il est essentiel qu'elle soit omniprésente.

  • Récompenser et sanctionner au bon moment. C'est plus clair, plus impactant et donc plus efficace. Par exemple, on récompense le assis, au moment où le chien s'assoit et non pas 2 secondes plus tard. On dit "non" au moment où le chien baisse la tête pour se mettre en mouvement lors d'un "pas bougé".

  • Apprendre sur de petites durées : on fait des sessions de travail entre 2 et 10 min maximum.

  • S'amuser : l'apprentissage passe par le jeu. Chaque session de travail doit être du kiffe pour votre chien.

  • Ne pas en abuser : gaver son chien d'ordre, c'est prendre le risque de dévaloriser toutes les directives. Quand ils ne sont pas nécessaires, laissons nos chiens vivre leur vie de chiens et explorer en toute liberté (sous réserve qu'il n'est aucun trouble et que le contexte ne présente pas de danger particulier).




30 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout